Comment accéder à mon poids de forme ? 1/2

Posté par le dans Blog objectif Bonheur
  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • 6 commentaires
  • Imprimer
  • Signaler cet article

Que faire de mon poids ?

Première lettre à mon amie de toujours...

Bonjour. Voici un nouveau format de message... A vous de me dire s'il vous convient, et de me faire vos suggestions.
Posté par Corinne TANGUY pour BoB le vendredi 17 mai 2013 dans Blog objectif Bonheur

Le thème du jour m'est inspiré par la demande d'une amie. Après avoir lu « Maigrir, la méthode sans régime » de Raffaele Morelli, elle me l'a prêté en me demandant quelle était, selon moi, la méthode à appliquer ? L'idée développée lui semblait pertinente mais le livre ne lui semblait pas explicite côté méthode (hormis son titre !). 

Que puis-je vous en dire ? 

J'ai donc lu le livre avec intérêt et compris sa question... Il présente une approche différente de notre relation au poids et l'illustre via maints exemples. Intéressant de savoir que d'autres ont bénéficié de cette approche, mais comment l'adapter à mon cas personnel, comment me l'approprier ? Qui plus est les exemples sont en général « énormes », euh, je veux dire magiques, du genre perdre 15 à 20kg en 6 mois. Pas question d'en rester là avec un colis de culpabilité en plus, du genre « je suis trop grosse (ou trop maigre), c'est de ma faute si je n'arrive pas à maigrir (ou à me remplumer) » ou « je ne suis même pas capable de comprendre »..., ce qui irait totalement à l'encontre de cette approche. Raffaele Morelli est médecin psychiatre, pas diététicien, il aborde peu le versant alimentation, et se concentre sur la relation que nous entretenons avec nous-même.

D'abord ce livre m'a fait pensé à « The only diet there is » de Sondra Ray, que j'ai eu la chance de découvrir il y a 20 ans. Un petit livre très pratique qui nous invite (simplement ?) à développer une relation d'amour envers soi-même, en résumé à nous aimer ! Pour traduire le titre « Le seul régime qui existe » et ce qu'il révèle « c'est le régime d'amour ».
NB : étrangement je ne le retrouve plus dans ma bibliothèque si fournie, encore un livre que j'ai du prêter et qui a oublié de revenir ?

Ce nouveau livre m'a aussi rappelé que c'est un thème que j'ai exploré, avec passion, voici quelques années pour des raisons personnelles et familiales. A l'époque les livres qui me semblaient pertinents étaient tous en anglais, non traduits.

Alors, chère amie, comment te décoder cette méthode pour qu'elle te devienne accessible, sans avoir à t'identifier aux divers patients « schématiques » du Dr Morelli qui ont retrouvé leur poids de forme et leur enthousiasme avec sa méthode ?

D'abord, savoir et savoir et savoir que les régimes restrictifs font certes perdre du poids au moment de la privation, au moins la première fois qu'on les utilise, mais, on en parle enfin de plus en plus, qu'ils contribuent à long terme à la prise de poids !  (phénomène dont on parle de plus en plus, mais souvent pour vanter un nouveau régime infaillible)
NB : cela me rappelle une fois de plus que je vous ai promis un article sur le sujet du court/moyen/long terme. A venir...

Ces régimes pilotés (méthodes qui nous disent ce qu'on doit manger et ne pas manger), demandent de grands efforts de volonté. Et cette énergie « volonté » est engagée contre nous-même. Il s'agit d'une lutte contre nous et pas d'un objectif « SUPER » qui serait écologique, enthousiasmant, motivant... En effet, avec un régime dicté par l'extérieur, « je veux maigrir » (ou grossir, selon ma situation de départ, eh oui cela existe aussi et ce n'est pas plus agréable !), c'est à dire lutter contre mon corps qui me déplait. Je me combats !!!

Ainsi, par le combat, je maltraite mon corps. Il se trouve du jour au lendemain privé. Il s'en souviendra... C'est pourquoi un régime n'est vraiment efficace que la première fois (selon nombre de témoignages, et peut-être le tien en prime). En effet, si je reprends le même régime mon corps se souvient de ce qu'il a enduré et est prêt à y répondre, à contrecarrer nos efforts.

Pour maigrir (ou prendre du poids) l'équation manger moins (ou plus) n'est étonnement pas suffisante. Ce n'est qu'un aspect de la question. Notre métabolisme ne se limite pas aux calories ingérées. Nous disposons, en interne, pas visible, de tout un système très élaboré pour gérer nos apports (nourriture, boissons, air...). Cette gestion ne se limite pas à l'ingestion, ni même à la digestion, il inclut aussi le stockage et l'évacuation. Ainsi, si je mange moins mais que mon corps, qui a déjà vécu des périodes de restriction, a peur de manquer, il se méfie et va stocker une partie de ce que je mange au lieu de l'évacuer. Il est capable de faire des réserves même en cours de régime hypocalorique. Résultat si j'évacue moins, je perds moins.

Notre corps est programmé pour cela depuis des centaines de milliers d'années. C'est un mécanisme essentiel à sa survie. A l'époque les magazines féminins n'existaient pas pour dicter notre image et nous culpabiliser...

J'ai depuis des années compris l'expression « Rien qu'en regardant la vitrine de la pâtisserie, je prends 1kg ». Je suis persuadée que c'est quasi-vrai, au moins en partie car notre esprit donne alors le pouvoir à notre principal ennemi : la culpabilité.
Je m'explique : Je culpabilise d'avoir envie d'un gâteau alors que je veux maigrir. Mon envie me mine et le combat s'intensifie. Je m'en veux terriblement, ne serait-ce que d'avoir eu l'idée de cette envie. Je me dénigre pour cela et mon corps sait instinctivement comment réagir. Si je le prive, il stockera davantage la prochaine fois. Si je cède c'est mon moral que je mine et au lieu du gâteau plaisir, le fait de m'en vouloir d'avoir rompu mon engagement « régime » m'entraine souvent à me goinfrer pour me punir de n'avoir pas su résister. Les possibilités sont multiples, à chacun(e) sa version. Ce qui est sûr c'est que tout ce qui est de l'ordre du combat ou de la dénigration me porte préjudice.

Ainsi la culpabilité est une des premières causes de surpoids. Je me punis de quelque chose que j'ai jugé comme étant mal. Je me punis et inconsciemment, je me protège aussi. Ainsi la prise de poids est un moyen de mettre de la distance entre moi et les autres.
Par exemple, le dégout de mon corps vise aussi à écarter les envies des hommes. Jean-Michel Cohen parle un peu dans « le roman des régimes », avant d'en revenir à la méthode qu'il préconise, faire régime ! Dommage. Ou en cas de sous-poids, je m'efface et gomme ma féminité. Là aussi les options sont multiples. A chacun(e) d'identifier éventuellement le bénéfice secondaire de ce poids perçu comme inapproprié. Oui, il y a toujours des bénéfices secondaires, des compensations, même si nous ne les avons pas identifiés. Peu importe (pas besoin de les connaître), je n'ai pas à me torturer pour chercher une raison de plus de culpabiliser. Je te rappelle que c'est contre-productif.

Selon moi, la culpabilité est le premier facteur de surpoids. Quelles qu'en soient ses raisons, elle est un engrais de notre culture judéo-chrétienne, notre levier éducatif. Ainsi les femmes, plus particulièrement, se sentent le devoir d'être responsable de leur famille, de leur conjoint, de leurs enfants, parents, de la bonne tenue du foyer, de leur apparence et depuis quelques décennies en prime de leur carrière...  mais pas nécessairement d'elles-mêmes. Ainsi, leur énergie de vie s'investit en dehors d'elles-même !
Elles veulent réussir les missions qu'elles imaginent qu'on leur a confiées et s'y investissent à corps perdu !!!   Contre elles-mêmes. Leurs désirs s'effacent au profit du devoir. Si ce devoir est une mission qui leur correspond, cela se déroule bien, au moins pendant un certain temps. Mais si la mission se transmute en sacrifice de soi, cela devient plus risqué. Ainsi je crois que certaines femmes qui se consacrent à des missions qui ne leur correspondent pas ou plus (que ce soit professionnel, amoureux, familial...) vont compenser en prenant du poids. Elles prennent de plus en plus de place, et deviennent plus visibles. C'est à dire que leur corps s'exprime à la place de leurs envies.
A défaut d'oser affirmer ma vraie nature, de contacter qui je suis vraiment, mon corps m'expose.

Côté sous-poids, l'autre versant, la notion de sacrifice est sans doute aussi présente. Au lieu d'oser ma vie, je me rétracte sur moi-même, je me rétrécis en négligeant la personne que je suis vraiment. C'est un peu comme s'effacer, chercher à disparaître. Elles peuvent maigrir jusqu'à se mettre physiquement en danger. Cela peut-être psychologique (je me restreins) ou métabolique (mon corps évacue tout ce que j'ingurgite). A mon avis dans les deux cas, la légèreté est compensée par des pensées envahissantes qui les amènent à se centrer sur elles.

A l'inverse, les personnes en surpoids ont tendance à s'anesthésier avec la nourriture, à s'oublier et c'est leur corps qui impose la place qu'elles se doivent.

Bien sûr tout cela n'est que schématique et caricatural. Je te le propose car cela montre la complexité de notre fonctionnement et la multitude de ressources dont nous disposons consciemment pour piloter notre vie (ou en reprendre le pilotage) et inconsciemment pour nous tenir à l'écart de nous par peur de ne pas être aimé(e) pour qui nous sommes vraiment !

Alors en résumé, si je ne devais garder que 2 mots ce serait : Culpabilité et Amour.
Ou peur et amour si tu as déjà évacué le poids de la culpabilité.
La peur existera toujours. Elle est propre à notre nature animale et nous est utile : enfin parfois. Mais nous avons le choix de piloter notre vie à partir de nos peurs ou de nos envies...

Aie, jusque-là je n'ai pas encore livré de méthode pour accéder à soi ? Juste un éclairage pour mieux se comprendre. Pour identifier les mécanismes qui ont pu se mettre en place, malgré nous ou plutôt avec notre complicité inconsciente et la sagesse innée de notre métabolisme, pour bien faire, ou plus simplement pour être aimé(e).

Alors le scoop, la clé, le Sésame, c'est : m'aimer !
Voici le premier point, qui va peut-être à l'encontre de ce que l'on nous a enseigné. Ne nous a-t-on pas demandé, en priorité, de faire plaisir aux autres
(de faire plaisir à maman en mangeant, de nous calmer au lieu de pleurer en nous donnant une tétine ou un bonbon, de nous occuper des autres en premier lieu au lieu de répondre à nos besoins...) ?

Parfois au nom de l'injonction « ne soit donc pas égoïste ». Un aparté de poids à ce sujet : « c'est celui qui dit qui est » ! Cette phrase enfantine me semble des plus pertinentes. Celui qui nous reproche notre égoïsme ne nous demande-t-il pas de penser à ses besoins plutôt qu'aux nôtres... cela s'appelle comment ?

Le message culturel délivré par les chrétiens n'a-t-il pas été amplement déformé ?
En effet, le diktat du « Aime ton prochain » ne prend-t-il pas sa source dans la phrase biblique « Aime ton prochain, comme toi-même » ?
Si cette phrase est à prendre en considération, elle n'a donc de sens que si, en premier lieu et avant toute autre chose : je m'aime !

Si je me dénigre, si je ne réponds pas à mes besoins, si je méprise ma propre personne, que je ne me fais pas confiance... si je ne développe pas mes propres ressources d'amour, de confiance, de respect, si je ne suis pas responsable de ma vie... comment puis-je offrir ces qualités aux autres ?

C'est comme un pauvre qui voudrait distribuer son argent aux autres par révolte contre les inégalités alors qu'il n'a pas d'argent car il méprise la valeur argent.

Si je méprise l'amour de moi, je n'ai rien à offrir aux autres...

STOP ! Ceci n'est pas une cause de plus d'auto-culpabilisation.
Juste une opportunité de prendre contact avec moi... de devenir enfin ma meilleure amie !

J'en arrive à l'objet de ce nouveau style de messages : devenir ma meilleure amie !

Assez de mots pour un seul message. Pour éviter de l'alourdir, je te réserve la suite en 2ème partie, qui abordera un peu plus concrètement la question du poids.

Pour l'heure, je t'invite à prendre soin de toi, à t'offrir au moins autant d'amour que tu aimerais que les autres t'en offrent, ou que tu as l'impression d'offrir aux autres.
Cela se joue uniquement entre toi et toi : ta meilleure amie ! (ou ton meilleur ami pour les hommes !).

Loin d'être de l'égoïsme, c'est la voie d'accès à une magnifique générosité.

Je ne peux donner que ce que j'ai ! En premier lieu, il est donc essentiel de développer ce que j'ai à ma disposition : je m'aime.
A moi d'explorer dans les jours à venir ce qui me permet d'aller à la rencontre de moi-même. Cela se cache souvent dans ma part enfantine, étouffée depuis si longtemps, parfois depuis ma toute petite enfance. Quoiqu'il en soit, aussi enfouie soit-elle je t'assure qu'elle existe encore.
Bonne exploration et beaucoup de douceur pour toi.

Ose repérer la culpabilité et la laisser sur le bord du chemin.
Attention : si tu décides de la combattre tu ne feras que la renforcer.
Pour t'aider dans cette démarche je te propose de consulter ce texte de Pierre Pradervand (lien).

en chemin vers + d'Amour et de douceur

De tout coeur avec vous : pour oser ma vie, en conscience

 BoB  2 set2 my coach 3

Pour recevoir les nouveaux articles en avant-première : abonnez-vous aux twitts @plus_de_bonheur

Notez cet article:
Mots clés: confiance objectif santé

Ce site est animé par Corinne TANGUY, psychologue du travail et coach depuis plus de dix ans. Riche de ses compétences, son expérience, et des multiples exemples de ses clients, elle propose désormais des outils à tous ceux qui désirent prendre leur vie en main, aussi bien à titre personnel que professionnel.   Elle a créé My-coach'kit et BoB pour que la puissance du coaching soit accessible à qui le veut. Chacun peut avoir son coach sous la main !

Commentaires

  • Invité
    Sophie Picot mardi, 21 mai 2013

    Bonjour Corinne, Bonjour à tous
    C'est un peu dur après un WE prolongé, mais c'est tellement vrai. S'aimer est la clé de la confiance en soi. S'accepter tel (telle) qu'on est doit nous permettre de laisser la culpabilité de côté (ainsi que les images des mannequins, toutes retouchées).
    Bonne journée ensoleillée!!!
    Sophie

  • Corinne TANGUY pour BoB
    Corinne TANGUY pour BoB mardi, 21 mai 2013

    Bonjour Sophie et merci pour ce premier commentaire.
    Que le soleil soit en nous ! Place à de nouvelles opportunités.
    Oui notre environnement nous influence... mais nous pouvons aussi nous influencer et même influencer notre environnement. Chercher en quoi la situation actuelle (quelle qu'elle soit) va me permettre d'aller vers ce que je veux, ce que je sais bon pour moi.
    Pour en revenir au poids : oui je suis influencée par les offres caloriques qui m'entourent (et presque rien de tout cela n'existait il y a 1 siècle !) mais il me reste ma liberté de penser et de décider (en mon âme et conscience, si je m'écoute).
    Voici en quelque sorte notre défi quotidien : décider de la direction que je veux prendre...
    Piloter ma Vie
    A très bientôt pour qui voudra poursuivre cet échange
    Corinne

  • Invité
    Mansour mercredi, 22 mai 2013

    Bonjour Corinne,
    je réagis à ton article que je trouve très intéressant, qui me touche personnellement et professionnellement. Travaillant spécifiquement dans le domaine de la gestion du poids, je trouve que s'aimer est en effet le facteur principal, le plus souvent déclencheur de la décision "d'agir" pour changer les choses. Changer ne veut pas dire combattre, ni lutter, (des mots engendrant frustration et à terme, rejet), pour moi changer commence par comprendre son propre fonctionnement; ce fonctionnement lui même est différent d'une personne à l'autre et évolue aussi au cours de notre vie en fonction de notre physiologie, de notre contexte d'émotions et/ou de travail. Quand l'amour de soi et la bienveillance envers soi sont là, le changement des habitudes alimentaires peut se faire plutôt facilement . Plusieurs méthodes peuvent s'avérer très efficaces même à long terme, à condition que l'on travaille ensuite, sur la compréhension et le fonctionnement de notre corps au lieu de le subir. Dans ce cas, les méthodes alimentaires deviennent un outil technique intéressant à adapter selon les préférences de chacune (ou chacun) et le vrai travail, devient celui de la compréhension, que l'on appelle couramment "stabilisation".
    Merci pour tes articles très enrichissants !
    Bonne journée
    Fanny

  • Invité
    Corinne TANGUY pour BoB jeudi, 23 mai 2013

    Merci Fanny pour cette contribution et ces précisions expertes.
    Assurément, nous sommes ce que nous mangeons.
    Ainsi, si je m'aime davantage, je vais m'offrir les aliments qui contribuent à mon bien-être.
    Oui, je peux avoir besoin d'apprendre (ou réapprendre) à me nourrir sainement.
    Par exemple, il y a 20 ans quand j'ai décidé de devenir végétarienne. J'ai appris à m'alimenter selon ces nouvelles modalités dans le respect de mes besoins physiologiques.
    A chacun de réapprivoiser sa relation à l'alimentation.
    Pour cela je peux avoir besoin de me former en nutrition et diététique (après ces années de déformation ou d'habitudes) et/ou de recourir aux conseils avisés de professionnels.
    La base étant de conserver le pouvoir sur soi-même !
    Enchantée de ta participation pro sur ce thème.
    A bientôt : la parie 2 est publiée
    Corinne

  • Invité
    BOUDENANT jeudi, 23 mai 2013

    J'adore :)
    enfin je ne me sens plus seule
    Ce que tu dis à propos du poids je le dis
    ;) avec les même mots et la meme relecture des memes phrases qui nous ont tous atteint et déformées
    À tous les sens du terme
    Continu BOB nous fait du bien en tous les cas à moi
    Bazzeth

  • Invité
    Corinne TANGUY pour BoB jeudi, 23 mai 2013

    un grand MERCI Bazzeth ! :D

  • Veuillez vous connecter d'abord avant d'ajouter un commentaire