« J'ai soudain le sentiment étrange d'être en harmonie avec moi-même, tout est parfait en cet instant, la douceur de la lumière, ce petit parfum dans l'air, la rumeur tranquille de la ville. J'inspire profondément car la vie me parait alors si simple, qu'un élan d'amour me donne tout à coup envie d'aider l'humanité tout entière. »  
dans Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain 

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mes centres d'intérêts sont multiples, mes idées sont légions.
Mais mon temps et mes actions ne sont pas en phase avec ces énergies foisonnantes.
Comme Amélie Poulain, j'ai assurément envie d'aider l'humanité toute entière... d'ailleurs BoB en est une mini-preuve.

Que faire face à cette sensation d'envahissement ? Ce trop plein de projets !  

J'ai la chance de m'être offert une grande liberté (j'exerce d'ailleurs en libéral). Mais je constate au quotidien que cela ne suffit pas. La clé c'est probablement de décider de ce que je fais de ces possibles car ils sont multiples.

Je vis dans une abondance d'informations, de ressources et d'idées.
Pour autant, qu'est-ce que j'en fais ?

Eh bien, j'ai l'impression que cette abondance ne me vaut rien de bon si je ne la canalise pas pour bénéficier de son énergie. Telle l'eau de la montagne qui produit de l'électricité si on la dirige vers une turbine... Comment canaliser mes énergies pour produire ? Que produire ?

Voici mon besoin, que mon énergie libre et abondante alimente un projet spécifique plutôt que de se répandre sans objectif déterminé.

Quel paradoxe, c'est la fameuse histoire du cordonnier le plus mal chaussé. Je suis coach et je n'ai pas  vraiment mes objectifs REPERES.

Le projet semble rester à l'état de rêves. Pourtant quand je les observe, ils sont plutôt stables et m'accompagnent depuis bien des années.
Comment les concrétiser ?
Assurément en commençant pas à pas ! J'ai envie de faire tant de choses, « trop », et je constate que ce « trop » me fige dans « rien » car je reste bloquée au niveau des idées.

Comme si j'avais passé ma journée devant mon armoire pleine de vêtements à me demander ce que j'allais mettre, à apprécier chaque vêtement mais sans oser choisir. Ainsi, le soir je me couche sans être sortie. Ainsi, je passe à côté de moi, de cette journée de vie.

Je ne crois pas que j'ai à faire le tri dans mes projets car j'aime leur complémentarité, leur globalité.

Alors, faire le tri dans mes envies, c'est non pas les sacrifier, mais m'occuper d'une chose à la fois, en mode Kaizen (technique des petits pas).
Ce matin, mon action a été de me livrer à vous, dans mes indécisions.
Ce sera peut-être l'occasion de recueillir vos réactions (En répondant au mail si vous êtes abonnés, ou via la page contact du blog).  Merci d'avance :-) 

Comme il me tient plus à cœur de partager que de me livrer, cet article est aussi l'occasion de vous inviter à faire le tri dans vos envies, vos priorités, pour éclairer vos choix.

À toi de lister tes projet pour choisir sur lequel avancer aujourd'hui ! 

S'il te fait vibrer, je suis sûre que c'est une merveilleuse contribution à notre monde.
Pense à le faire par écrit, cela demande un peu de courage, et c'est bien plus puissant.

Avant de publier cet article, j'ai relu : « Se changer, changer le monde » cet ouvrage collectif si simple et si puissant.
Ce que j'en retiendrai, c'est que la clé, c'est de partir de soi. Comme nous y invite également Jacques Attali dans "Devenir soi" livre évoqué par BoB il y a 2 ans (lien).

En prenant soin de moi, j'ai le pouvoir de me changer et de changer le monde... Un pas à la fois... 

en bonus, cet ancien article de BoB sur changer : http://objectifbonheur.com/blog-objectif-bonheur/entry/changer-ou-ne-pas-changer-est-ce-la-question-1 

Merci de ton accueil pour ce sujet. S'il te plaît, ose le partager avec tes proches. 

De tout cœur,
Corinne